CYCLO 4 HAUT AGENAIS

CYCLO 4 HAUT AGENAIS

DIS ! .... T'AS PAS OUBLIE ?...... RACONTE-MOI TA SORTIE CYCLO 4 DE L'ASCENSION EN ARIEGE

LA BASTIDE DE SEROU (ARIEGE)

 

jeudi 26 au dimanche 29 mai 2022

 

Sortie CYCLO 4 annuelle du week-end prolongé de l'Ascension

 

Reporté deux années consécutives pour cause de contraintes sanitaires COVID-19, la sortie annuelle de CYCLO 4 en ARIEGE s'est enfin déroulée sans encombre pour ce week-end prolongé de l'ascension 2022.

 

Alors, prenons le temps de nous remomorer ces moments de bonheur entre amis ; comme dirait un enfant à son grand-père, "dis papi, raconte-moi ton séjour en Ariège".

 

Cet article a été rendu possible grace aux talents de photographe de notre ami Edgard VAN CAENEGHEM qui est le pendant de Marie Claude pour la section cyclotourisme. Merci Edgard.

 

Le village de vacances "Les Lambrilles" à La Bastide de Sérou

 

Le village de vacances, mis en service en 2018, donc tout neuf, est situé à proximité du village de La Bastide de Sérou, sur la D117, à 15 kilomètres entre Foix et Saint Girons.

L'hébergement est assuré dans des chalets tout confort, composés de deux logements séparés et autonomes ; l'un pour un couple, l'autre en single.

 

Clin d'oeil ! Attention toutefois de ne pas fermer la baie vitrée en laissant la clé à l'itérieur, sinon on a droit au pied de biche ! 

 

Les chalets sont espacés de plusieurs dizaines de métres et répartis en cercle autour d'un espaces enherbé et boisé très bien entretenu.

Et, cerise sur le gâteau, au bord, coule l'Arize. Il ne manquait plus que la canne à pêche.

Bien que nous n'en avions pas l'utilité, chaque appartement était composé d'un espace de vie avec coin cuisine.

Avec pour les logements de couples un lit en 180 où chacun dut chercher son conjoint pendant toute la nuit.

 

 

La piscine nous attendait, mais personne n'y a mis les pieds. Trop froide ou pas le temps; va savoir !

 

Le village de La Bastide de Sérou

Le fillage compte 980 habitants et peu de commerce. Les tentations de dépenses superflues sont donc quasiment nulles si ce n'est le bar du rond point ; mais l'accueil y est d'une froideur montagnarde.

La Bastide de Sérou est une commune du Couserans, sur le piémont pyrénéen. Les paysages sont donc ceux de moyenne montagne, alternant vallées et vallons. La partie sud y est plus montagneuse avec la proximité des sommets pyrénéens.  

L'élevage bovin à viande mais aussi laitier (fromage Betmale) occupe la quasi totalité du territoire. L'absence de sites industriels et un tourisme vert confidentiel font de cette région un atout essentiel pour ceux qui aiment la nature etle calme.

Rajoutons à cela que les gens y sont accueillants et les routes peu fréquentées.

Un régal pour les randonneurs à vélo ou à pied.

Un petit village typique de l'Ariège, épargné par l'affluence touristique. C'est bien pour nous, mais pas forcément pour ceux qui y vivent.

 

La halle

Les mesures à grain sous la halle

Le petit marché hebdomadaire 

Aux abotds du village, les espaces verts et fleuris incitent à la ballade.

 

Les cyclos

Le séjour a bénéficié d'un temps clément : frais au départ, chaud en fin de matinée. Idéal pour les escpadrs cyclistes.

26 licenciés avaient opté pour le menu cycliste.

Chaque jour, 3 groupes de valeur se sont amusés sur le relief accidenté de ce piémont ariègeois. Du plat, des descentes, des bosses, parfois même des grimpettes, un régal pour les molets entrainés des particiapants. Et le tout, dans un cadre magnifique ignoré par les automobilistes. Le Pied !

Le plat de résistance était pour le samedi :

-le sévère mur de Pégère (1375 m) via Massat et le col des Cagnous (947 m) pour le premier groupe. Si les habitués de l'Ariègeoise étaient en terre connu, ce n'était pas les cas de tout le monde, et certains que je ne citerai pas, ont du mettre momentanément pied à terre dans la portion la plus pentue (18%) pour reprendre leur souffle et leurs jambes. Ce n'est pas pour rien que le tour de France 2022 emprunte ce col lors de la première étape Pyrénéenne Carcassonne - Foix.

-les cols enchaînés de la Crouzette (1244 m), de Pradel (1291 m) et de Portet (1435 m) pour le deuxième groupe qui eurent le plaisir de passer Péguère en descente.

-le col des Marrous (992 m) pour le troisième groupe semi électrifié.

 

Le plaisir fut au rendez-vous, on n'a perdu personne en route, et ce fut l'essentiel.

 

A noter toutefois deux incidents mécaniques ayant contraint les intéressés à un abandon prématuré :

-Bernard LEGER dut abandonner dés le premier jour à cause d'un dérailleur cassé.

-Auguste DE COPPi quant à lui, a vu son VAE tomber en panne d'alimentation, heureusement à proximité du départ. Retour à la force des molets oblige.

En lot de consolation ils se sont retranchés sur les randonnées pédestres. C'est bien d'avoir plusieurs activités où chaun peut à sa guise choisir le menu de son étape du jour.

 

Les photos qui suivent résument bien l'ambiance du séjour cycliste.

 

 

 

Bernard tout feu tout flamme - il ne peut pas savoir que dans peu de temps, il va être contraint à l'abandon sur incident mécanique.

Un dernier petit coup d'oeil au tracé du parcours  avant de se lancer dans l'aventure

 

 

 

Qu'est ce que vous foutez ? On attend !

 

 

 

Le troisième groupe sur la ligne de départ en attendant les ordres du starter.

Roro concentré, tel un pilote, simule virtuellement le parcours qu'il va devoir effectuer. 

 

Brigitte dans les starting-bloc.

Sandrine qui s'entraine ici pour préparer la traversée de Pyrénées avec Didier

Alain, animateur du deuxième groupe, fait l'inventaire des forrces en présence.

Robert et Alain en attente du signal du départ.

Marie Claude, secrétaire et reporter photographe de CYCLO 4 a pris goût aux sorties cyclo grace aux bienfaits de l'assistance électrique.

Joël, le manager général du TEAM CYCLO 4 profite de ce séjour pour mettre en pratique les conseils qu'il prodigue à ses pentionnaires. Et ça marche !

Pierre étudie le parcours du jour en attendant la livraison d'un pied de biche pour accéder à son logement malencontreusement fermé avec les clés à l'intérieur. Il fera le trajet en sens inverse pour rejoindre ses copains Pierre et Alain une fois la liberté retrouvée. Ouf !

Deux générations : grand-mère Mauricette et petit fils (mais grand par la taille) Thomas.

Marylène attend sagement Robert ou le signal du départ ?

Auguste au départ avant sa panne électrique. Quand la technologie s'en mêle ! ça ne va pas entamer sa bonne humeur pour autant.

Un président attentionné veille sur l'état de ses troupes avant le départ. Tout le monde est là ?

 

Christian jubile en pensant à ce que vont découvrir ses copains du premier groupe dans le mur de Péguère avec ses passages à 18%. Lui, il s'en fout, il l'a déjà fait, mais en descente ! Mais rien n'effraie notre spécialiste des cyclosportives tant il a sillonné moulte cols Pyrénéens, ..., mais pas que. On le retrouvera sur son terrain de prédilection sur le Grand Huit des Pyrénées, l'Ariégeoise, Le défi des Grands Huit, et d'autres terains où se défouler.

Christian qui sera surpris par le mur de Péguère avec des pignons non adaptés aux fortes pentes à escalader. Mais il va passer au courage. Mais les courses UFOLEP, c'est quand même plus facile. Aussi Christian s'alignera sur le championnat de France UFOLEP des plus de 60 ans à Villers la Faye (21) mi juillet. Bon courage Chrsitian.

Didier prêt à en découdre ; mais dans le deuxième groupe.

Alain concentré : Péguère c'est du gâteau ! Oui mais difficile à digérer !

Neal conquis par le VAE ! C'est bien le vélo à pile !

Robert qui connait par coeur les cols aurtour le Luz Saint Sauveur découvre ici de nouvelles grimpettes.

Claude fait chauffer le moteur alors que Joël à l'arrière plan tripote le VAE de'Auguste. Seraient ce les prémices de la panne à venir ?

Christian fera ici une petite ballade Pyrénéenne avant le défi des Grands Huit qui l'attend fin juin.

Hugues, 0 km au compteur depuis le début de l'année. Pas grave ! ça va le faire !

Les féminines au grand complet : Sandrine, Brigitte, Marylène, Marie Claude et Mauricette ; toutes électrifiées. C'est pas du jeu !

M.... crevé ! Le vélo pas le bonhomme. Qui dit VAE et freins à disque, quand on est près de l'arrivée, on a aussi vite fait de rentrer à pied. N'est ce pas Robert.

Jean Pierre, notre trésorier, préfère le plat, mais il s'est très bien comporté en montagne et surtout en descente, avec toujours un oeil sur le cardio.

Robert en mode dilétante. C'est vrai qu'il est en territoire connu car il venait chercher des champignons dans le col des Marrous. Profites-en bien car tu ne sais pas encore que bientôt tu vas être privé de vélo à cause d'un chaufard polonais.

Sandrine à fond les manettes !

Brigitte à ses trousses !

Et Robert C en pleine relance pour ne pas se laisser distancer par ses camarades féminines 

Coucou Robert P

Mauricette à fonds la caisse ! T'as vu, je monte à 70 km/h quand je mets le moteur à fond ! Attention, c'est interdit.

Comme c'est souvent le cas lorsqu'elles conduisent, quand les femmes tendent le bras droit, c'est qu'elles tournent à gauche. Humour !

Neal a retrouvé le plaisir de rouler en groupe depuis qu'il a sauté le pas en faisant l'acquisition d'une roue motorisée.

Marie Claude et Marylène, deux maillots jaunes à l'arrière du peloton.

 

Les randonneurs

Deuxième activité sportive pour les non adeptes du sport cycliste : la randonnée pédestre.

8 randonneuses sont parties à la découverte des sentiers autour de La Bastide de Sérou. Deux cyclistes malchanceux sont venus renforcer leur rang en désespoir de cause.

Quatre matinées de randonnée sur des circuits variés et au départ de La Bastide de Sérou, ont agrémenté le séjour.

Photo de groupe avant la première randonnée.

Le brefing avant le départ sous la conduite de Laëtitia et Béa.

T'as repéré le circuit ? C'est où le départ ?

Auguste dit "Gus" bon pied bon oeil ! et toujours avec le sourire.

 

En route, chemins ombragés permettant aux randonneurs de se préserver des rayons du soleil.

 

Béa et Jacqueline. PFFF ! Ca monte ! Non J'admire le paysage !

 

Belle brochette de randoneuses et randonneurs sur fond montagneux.

Premier plan : Béa et Auguste

Deuxième plan : Colette, Yolène, Susan, Jacqueline et Sylvie

Derrière : Bernard en tenue cycliste et chapeau de cow-boy qui, en bon berger, garde le troupeau.

Bernard prend l'apareil photo pour permettre à Laëtitia de faire partie de cette image d'un groupe dynamique.

 

Les touristes

Pour les non sportives (mais ce n'est pas réservé aux dames), des ballades touristiques ont occupé les matinées.

Promenade bucolique sur le sentier fleuri menant de la Bastide de Sérou à village de vacances. Magnifique.

Annick et Anne Marie ; Deux belles-soeurs en balade

 

Ballade sur les bords du lac de Mondély.

 

Le lac de Mondély

Des lys d'eau

 

Les orchidées sauvages enjolivent un décors déjà somptueux.

 

Mais les visites ne s'arrêtèrent pas à ces quelques sites touristiques poursque ce petit groupe sillonnera les petites routes à la découverte des petits villages ariègeois, empruntera la route qui traverse la grotte du Mas d'Azil, ... etc.

Et pour l'après visite, une petite pause sur la terrasse de l'unique bar de La Bastide de Sérou en attendant les cycliste.

Du bon temps en somme !

 

 

Les visites touristiques

Les après-midi étaient consacré aux visites touristiques :

    • le vendredi "la grotte du Maz D'Azil"

Seule groute traversée à la fois par une rivière .....et par une route 

Nous visiterons les galeries naturelles creusées par les eaux de l'Avèze il y a plusieurs millions d'années. Ici pas de concréssions et les quelques rares peintures laissées par les hommes préhistoriques sont protégées donc non visitables.

Une découvrte qui a marqué le groupe, outre la dimension exceptionnelle du site, c'est l'odeur du gouano déposé là par les chauve souries mais aussi par les ours.

 

L'entrée du groupe dans l'antre de la grotte.

La route traversant la grotte. Les cyclistes l'ont empruntée à vélo et les touristes à voiture pour ne pas rester en reste.

 

Le chemin de croix de Raynaude à proximité du Mas d'Azil attirera quelques adéptes des grimpettes à pied.

 

    • Le samedi "Le chateau et la vieille ville de Foix" 

Pour cette occasion le déplacement de 15 kilomètres s'est effectué en car, pour favoriser la coésion du groupe mais aussi pour éviter les contraintes de stationnement.

Le chateau de Foix, perché sur son piton rocheux, éxibe ses trois tours au-dessus de la vieille ville qui s'étend à ses pieds. Il a été le berceau de deux personnages célèbres de l'histoir ede France : Gaston Fébus et Henri III, roi de Navarre, et futur roi de France sous le titre d'Henri IV.

 

 

Descente du car

Regroupement devant la halle à la descente du car avant la visite du chateau.

 

La vieille ville au pied du chateau

Marie Claude a revêtu le berret Ariègeois aux couleurs du cardinal local.

Qui ne connait pas cette citation 

La cataplute - ce que j'ai bien aimé ce sont les explications données pour les projectiles utilisés ; des pierre, mais aussi des animaux morts et pourris, ou encore des anglais. Pour ces derniers, quand on ne les entendait plus crier, c'est qu'ils étaient arrivé à destination.

Nos deux Christian à la manoeuvre pour mettre en action le trébuchet.

Démonstration d'arbalette par une animatrice en costume d'époque.

Jean Pierre et Brigitte à la recherche d'un peu d'ombre et de repos dans la cour du chateau.

A la fin de la visite du chateau et une traversée des petites rues de la vieille ville, des petits groupes vont se constituer à proximité de la halle pour quelques rafraichissements - qui une bière, qui une glace. Une participante que je ne nommerai pas en a même profité pour  compléter sa collection de pot de chambre.

Animation inatendu : l'enterrement de la vie de garçon d'un futur marié costumée pour ne pas passer inaperçu, qui vendait une banane du Tarn et Garonne. Fruit défendu qui une fois acheté était remis en jeu pour la table suivante.

 

 

Les temps d'échange au bar

Depuis l'année dernière, afin de favoriser la cohésion du groupe et favoriser les échanges amicaux, bien que difficiles quand on est quarante, CYCLO 4 offre la gratuité d'un rafraichissement par jour au bar du centre d'hébergement.

La formule "all included" semble très apréciée. Elle sera donc reconduite.

Trois générations MOLIERAC-LANDAT profitent d'une mousse rafraichissante après l'effort.

Un amateur de bière ariègeoise en la personne de Béber

Qui a dit que les dames étaient sobres ? Pas les notres en tout cas !

Petits échanges d'après match sur la sortie du jour et plus si afinité.

Bonne blague de Claude saluée par les éclats de rire de Michel, Robert et Gus.

Bien sur, à quarante, tout le monde ne contient pas sur la même table !

Pour d'autres, c'est plus sage !

 

Les temps de repos au bar favorisent la convivialité et permettent des échanges amicaux entre tous les participants. La bonne humeur y est la règle et le fait de ne pas être obligé de payer sa tournée est source de décontraction.

 

Les apéritifs

Deux apéros ont mis en apétit le groupe

    • le premier a été le pot d'accueil du village de vacances le jeudi soir  

 

Kir, charcuterie de montagne et Bethmale bien sur !

Neal and Sue - Deux anglais, deux bouteilles vides, cherchez l'erreur.

 

La directrice des "Lambrilles" à la manoeuvre pour servir un kir local en guise de bienvenue.

A consommer sans modération car tout le monde dort sur place.

Bon anniversaire Thomas - 19 ans ! Le benjamin de l'équipe.

 

    • samedi soir ; apéritif

 

Beau et surement bon !

Très apétissant ! Marie Claude est tentée d'ouvrir le bal avec les toasts mais elle est surveillée. Bientôt la curée ! Comme des vautours !

La directrice du village de vacances de nouveau au service avec un punch bien frais accompagné de toasts apétissants. Et de fait il n'y en eut rapidement plus !

Michel se reconvertit en serveur après sa chute en descente il y a un mois. C'est plus sur. Sauf si on abuse de la descente là aussi. 

 

Les repas 

Le groupe était hébergé en pension complète du déjeuner du jeudi au déjeuner du dimanche.

a salle de restaurant était à taille humaine, juste pour accueillir une quatrantaine de personnes ; et cela tombait bien, nous étions quarante ! Donc tout seul.

 

Le service à l'assiette a été précié avec des menus équilibrés.

 

Tout le monde semblait vouloir que le grand père fête l'anniversaire de Thomas en déliant sa bourse pour l'occasion. Pas dégonflé, il l'a fait et faute de bulles au bar, il a fait servir un breuvage pétillant italien à base de gentiane qui a quand même fait l'affaire.

En 2023, l'anniversaire de Thomas ne tombera pas pendant la sortie de l'ascention. Ouf !Sauvé !

Bien tenté Ricarda ! Mais on t'a reconnu !

Neal

 

Bernard

 

Edgard déguisé en lampadaire ou plutot en mandarin.

La tradition veut qu'à CYCLO 4 le samedi soir, après l'apéritif et le repas terroir, l'ensemble des participants décide de la destination pour l'année suivante.

Le Président officie et annonce les résultats au fur et à mesure des votes éliminatoires pour au final annoncer :

EN 2023, NOUS SERONS DANS LE SD DE L'AVEYRON.

Dans les jours qui vont suivre le Président lancera un appel d'offre auprès des villages de vacances sur le territoire choisi. Et le gagnant est : "le domaine du Roc Nantais" à NANT (12) au sud de MILLAU, au pied du Mont Aigual sur le plateau du LARZAC.

 

Le personnel

Le personnel du village de vacances qui nous a chaleureusement accueilli - de la serveuse, à l'assistante aux cuisines, à la directrice et au cuisinier.

 

Les animations en soiréeL

Les soirées du vendredi et samedi après le dîner étaient agrémentées d'animations

    • Jeud : jeu musical 
      • Première partie, trouver le chanteur interprétant la chanson à partir d'une introduction 

 

 

      • Deuxième partie : le quiz - desiner au tableau des éléments qui permetent à son équipe de deviner le titre de la chanson tirée au sort

Alain fut le premier à s'y coller - pour un pintre, c'est forcément facile !

 

Jean Pierre lui succédait avec aisance

Guy ne se débine pas et prend le relai en dernier. Pas inspiré le chef !

 

      • Troisième partie : trouver ne partie de la chanson à partir de l'introduction proposée

 

Un moment de franches rigolades ; ça fait du bien !

 

    • Vendredi : soirée dansante

Là, tous les participants ont crié pouce et se sont dirigés vers leur logement pour une nuit réparatrice - mal aux jambes !

 

Le moment du départ

Le moment du départ est toujours un instant spécial où chacun à un peu de vague à l'ame de quitter un groupe où il a passé de bons moments.

Cette année, à cause du COVID, il n'y eut pas d'embrassades, mais les gestes amicaux qui les ont remplacées en disait long sur le petit pincement au coeur que chacun ressentait.

 

Chacun se congratule - et oui, c'est déjà fini ! A l'année prochaine ! Tous ont déjà prévu de s'y retrouver. 

Au revoir ! Vous passez par où pour le retour ?

Notre serveuse nous remercie en nous souhaitant un bon retour et à une prochaine fois.

 

Vivement 2023 en Pays du Larzac

 

Le massif du mont Aigual

La montée du mont Aigual par le Tour de France

 

Le cirque de Navacelle

 

La couvertoirade

 

Le causse du Larzac

Les gorges de la Dourbie

La Cavalerie

et les caves de Roquefort bien sur !

 

Plein les yeux en perspective - sans oublier les molets.

 

Appel à inscription à partir de début août jusqu'à mi-septembre.

Il faudra patienter jusque-là !

 



20/07/2022
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 111 autres membres